Yves Lacroix

Professeur de l’Université de Toulon

Professore dell Università degli studi dell’Aquila


SEATECH/MEMOCS


Mathématiques et Sciences de l’Ingénieur

 

La loi des séries : explication                                    Almanarre : érosion  Var matin 1 Var matin 2 Var matin 3

La preuve                                                                  Thèse1, Thèse2                               

                                            

MWPS projet pôle de compétitivité                             Prix européen de l’innovation 2013.


         Installé à Toulon                                                          Le brevet.


Implantation des digues à l’Almanarre (voir onglet thèses en cours ou Almanarre) : pour des digues en structures de «reef ball» il faudra des ouvrages plus volumineux car l’efficacité est moins forte. On peut envisager de se passer de digues au-delà de B19


                                                                                                     




Voici une présentation qui a été faite aux élèves de terminale SI du lycée Costebelle à Hyères en Septembre 2018. Elle permet au lecteur je l’espère une meilleure compréhension des mécanismes complexes en jeu pour la protection du tombolo, et notre approche solution globale.


Protections envisagées au tombolo oriental : voir la thèse de Vu. Si vous voulez des détails envoyez moi un email.


Il faut comprendre que sur le tombolo de Giens ou en général les côtes méditerranéennes, l’érosion résulte de vagues de hauteurs moyennes, et donc, les digues doivent avoir des crêtes plus hautes. Ceci est confirmé par nos simulations, mais aussi la bonne vieille théorie de Munk :

H/d<0,78==> pas de déferlement. Voici un fichier réalisé avec Michel Augias qui renvoie le calcul du coef de Munk (marées, surcôtes atmosphériques, surcôtes hydrodynamiques, et Hs hauteur significative des vagues). Voici le même fichier avec conditions de changement climatique à 50 ans.


Les techniques élémentaires anciennes et nos simulations sont parfaitement «raccord».








Voici un exemple de ce que le manque d’approche globale peut engendrer comme dérive : les Saintes Maries de la Mer... depuis google earth. Massacre à coups de digues.




Voici les géotubes vers la Croisette : trop profonds (-1m zéro hydro), ils n’ont pas empêché la municipalité et les commerçants de dépenser plus de 10M€ pour de nouveau recharger les plages, qu’ils ne protègent pas. Le rechargement a une durée de vie moyenne de deux ans sans autre protection (thèse Vu).